BlasonSites historiques Grimaldi de Monaco

Péronne

  • Péronne

    Péronne - Porte de Bretagne

    Crédits : Communication - Ville de Péronne

  • Péronne

    Péronne - Carte gouvernement du XVIIe siècle

    Crédits : Collection Musée Alfred-Danicourt - Péronne

  • Péronne

    Péronne - Le château

    Crédits : Collection Musée Alfred-Danicourt - Péronne



Hauts-de-France

Péronne

  • Pays : France
  • Région : Hauts-de-France
  • Département : Somme (80)

Contact

  • Thérèse DHEYGERS
  • Hôtel de Ville - 2 place Louis Daudré, 80201 - PÉRONNE
  • 03 22 73 31 00

Ville sous-préfecture située au cœur des Hauts-de-France, Péronne fut pendant plus d’un millénaire un élément stratégique d’importance sur l’échiquier politique et militaire du Royaume de France. Car si Péronne est aujourd’hui le centre du souvenir samarien de la Première Guerre mondiale, son histoire en tant que ville royale remonte bien plus loin, jusqu’au Haut moyen Age, aux Mérovingiens et à la reine franque Radegonde qui vécut sa jeunesse à proximité de la ville.

Pendant des siècles, Péronne, ville frontière, monte la garde face aux terres du comte de Flandre, aux provinces bourguignonnes, espagnoles et impériales. C’est pourquoi elle est dotée de puissantes murailles derrière lesquelles se réfugient, s’abritent et se défendent les populations qui cultivent les terres blotties dans la boucle supérieure de la Somme. Nombreux sont les rois de France qui s’arrêtèrent à Péronne, sur les berges du fleuve, pour s’y reposer, fourbir leurs armes ou signer des traités.

La présence de Louis XIII et de la Cour à Péronne à la fin de l'été 1641 n'est donc pas anodine. Ils suivent le siège de Bapaume occupée par les Espagnols à 20 kilomètres de là. Ils sont aussi là pour s'associer le 11 septembre à la ferveur populaire lors de la procession commémorative du fameux Siège de 1536, durant lequel les Péronnais résistèrent pendant un mois aux armées de Charles Quint.

Les choix de la ville et de la date ne sont donc pas un hasard pour la signature d'un traité permettant justement de chasser les troupes espagnoles de Monaco, traité signé trois jours après la procession péronnaise : tout un symbole.

Par ce traité établi sous les auspices du Cardinal de Richelieu et après 10 ans de négociations, Honoré II de Grimaldi accepte le protectorat de la France pour se débarrasser des Espagnols qui tenaient garnison dans sa principauté. La flotte française, profitant de ce traité, entre donc dans le port de Monaco et en chasse l’ennemi commun.

C’est en mémoire de ce haut fait historique qu’en 1963 la municipalité de Péronne valide le nom de « Monaco » pour un nouveau quartier situé dans un secteur en pleine extension et destiné à loger plus de 500 habitants. Le Quartier de Monaco est pendant des décennies l'un des poumons économiques de Péronne avec la présence de diverses entreprises dont la Filature française de Mohair.

Une plaque rappelant la signature de ce traité fut inaugurée dans le château de Péronne par Son Altesse Sérénissime Albert II de Monaco en décembre 2018.

 

 

Péronne

Péronne au XVIIe siècle

Crédits : Collection Musée Alfred-Danicourt - Péronne

Péronne

Fortifications de Péronne

Crédits : Collection Musée Alfred-Danicourt - Péronne

Péronne

Première habitation du quartier de Monaco à Peronne - 1966

Crédits : Communication - Ville de Péronne